« Vivre la compétition autrement en côtoyant ses acteurs »

Motive Daniel Hauenstein, responsable des parcs d’assistance.

Il est un des visages familiers du Rallye International du Valais et du Rallye du Chablais depuis plusieurs éditions et fait partie des très précieux acteurs de l’ombre que sont les commissaires et bénévoles en rallye, sans qui rien ne serait possible. En charge des parcs d’assistance, Daniel Hauenstein, 47 ans, marié et père de trois enfants, ne ménage pas sa peine ni ses efforts pour garantir, avec son équipe, le meilleur accueil et des bonnes conditions de travail aux équipes d’assistance mécanique et aux équipages tout au long du rallye. Nous l’avons rencontré.

Daniel Hauenstein vous êtes très impliqué dans l’organisation du Rallye du Chablais et du Rallye International du Valais en tant que responsable des parcs d’assistance. D’où vous vient la passion du rallye ?
Depuis toujours j’aime le sport auto en général mais dans ma région le rallye est l’épreuve phare, c’est pourquoi j’ai rapidement été passionné par ce sport.

Pourquoi avoir choisi de vous occuper des parcs d’assistance plutôt que d’intervenir dans une autre fonction ?
S’occuper des parcs d’assistance permet de vivre la compétions autrement et de l’intérieur. Tu côtoies les acteurs du rallye : pilotes, navigateurs, mécaniciens, et il te connaise. Surtout, il y a une magnifique équipe de commissaires impliquée et c’est précieux.

En quoi consiste votre tâche de responsable des parcs d’assistance ?
Il faut gérer les demandes des équipages en surfaces d’assistance qui grandissent chaque année et assurer l’alimentation en électricité, eau, garantir la circulation dans les parcs, etc…

news_14102019_01_hauenstein
(Photo LDD)

Pour y parvenir il faut notamment faire un plan des parcs d’assistance puis faire en sorte que chacun respecte l’espace qui lui est accordé. Il faut également gérer la cohabitation entre les piétons et les voitures qui elles sont en compétition et ont un timing à respecter, gérer les regroupements et parcs fermés, le podium de départ et d’arrivée et, surtout la sécurité dans son ensemble.

Vous êtes en contact direct avec les équipages et leurs teams, pouvez-vous nous dire pourquoi cette tâche demande de la patience et de la diplomatie ?
Pendant le rallye il y a beaucoup d’enjeux et du stress, les problèmes résolus en amont calme la situation. Sur des situations tendues ou des pilotes sont dans un moment de flottement, ça rassure de croiser des visages connus et qui vont l’aider.

Daniel Hauenstein, ici avec Sébastien Carron et Cédric Borboën (Photo LDD)

Comment expliquez-vous la difficulté croissante, au fil des années, à recruter des bénévoles ?
Les commissaires sont vieillissants, les formations sont des copié-collés d’année en année, aucunes spécialisations possibles (commissaire rallye, spécialiste parcs, etc..), des chefs assommés par la paperasse et la quantité de job. Les longues journées pour des jeunes qui zappent toutes les minutes d’activités sont autant de raisons qui expliquent en partie la baisse de bonnes volontés.

Que diriez-vous à quelqu’un qui hésiterait à devenir acteur bénévole de l’organisation d’un rallye pour le motiver ?
Vient essayer un jour, on te formera et tu prendras goût !

Nous abordons le Rallye International du Valais, dernière épreuve de la saison qui en est à sa 60ème édition, quelles sont les enjeux pour vous ?
Rien de plus que les autres rallyes, c’est-à-dire que tous se passe comme sur du papier à musique et que le parc fermé final soit plein ce qui signifiera qu’il y aura eu peu d’abandons.

Qui va remporter la 60ème édition selon vous ?
Je pense à une bagarre entre le père et le fils Burri et c’est le père qui gagne devant son fils.

Qu’est-ce que les concurrents pourraient faire qui vous toucherait vraiment en termes de reconnaissance de votre engagement bénévole ?
Rien de spécial, un merci suffit et surtout un bonjour aux commissaires, le championnat historique nous a offert en 2018 une belle coupe et il y a des pilotes qui nous ont donné leur prime pour un souper de notre équipe que je dois toujours organiser… Ces attentions sont toujours appréciées mais un sourire vaut mieux que mille mots !

Vous serez très probablement amenés à rencontrer Daniel Hauenstein et son équipe dans le parc d’assistance qui prend ses quartiers aux Casernes de Sion pour accueillir, dès mercredi 16 octobre, l’ensemble des teams participants au Rallye International du Valais. Si c’est sur les épreuves spéciales que vous vous rendez, ses collègues commissaires œuvreront à la sécurisation du parcours, tant pour les concurrents que pour le public.

Photo LDD
Gardez donc à l’esprit qu’un sourire ne coûte rien mais fait du bien, tout en installant un climat propice à partager un agréable moment autour de notre sport favori !

Horaires, parcours, liste d’engagés, cartes des spéciales, sont disponibles sur cette page http://swissrally.ch/rallye-inter-du-valais-2019/

Vous aimerez aussi...