Retour d’un DUO gagnant ?

Retour d’un duo gagnant ??

La vie est faite ainsi, certains duos se séparent, d’autres se reforment. Swissrally.ch a eu la surprise et la joie de rencontrer un duo qui a décidé de réécrire une page de leur histoire. L’histoire pourrait s’arrêter là, mais au palmarès et au regard de leur nombreux Fan’s, il aurait été dommage de ne pas en savoir un peu plus !

Ce samedi 20 mars 2021, Swissrally.ch a rendez-vous dans la campagne Yverdonnoise, afin d’interviewer un duo qui avait pris la décision en juin 2001, oui vingt ans déjà, de ne plus participer à des rallyes ensemble. Si le pilote a continué encore une saison en championnat de France, copiloté par une navigatrice Française, il en était tout le contraire de la passagère de droite du moment.

Certains auront reconnu ce sympathique duo, puisqu’il s’agit de Aurore Maeder (Brand) et Cyril Henny.

Aurore Maeder Brand & Cyril Henny, un duo de retour (Photo Swissrally.ch)

Aurore, que deviens tu depuis ce temps ?
« Tout d’abord bonjour, et heureuse de te revoir ! Depuis notre séparation avec Cyril, j’ai mis un peu de côté le rallye, me suis mariée et eu un fils qui aura 13 ans ces prochains jours. Je ne travaille plus et m’occupe de ma petite famille. »

Et toi Cyril ?
« Bonjour à tous. Comme tu sais, je baigne encore dans le rallye, puisque j’ai pas mal officié en tant qu’ouvreur pour des pilotes Suisses et Français et dernièrement pour Cédric Althaus. J’ai par ailleurs effectué quelques séances d’essais pour Renault Sport de 2002 à 2005. Je travaille pour l’état de Vaud en tant qu’inspecteur technique au services des autos et pour les examens des permis de conduire »

Et cette idée folle de revenir en rallye, c’est pourquoi Swissrally.ch est là aujourd’hui ?
« Durant le premier semi-confinement de mars-avril 2020, je me suis posé pas mal de questions si un jour on aurait l’occasion d’en refaire des rallyes ? Et de fil en aiguille, je me suis dit « Cyril, tu as encore envie d’en faire, alors l’an prochain remets le couvert » !

Déroulement logique, tu as dû chercher un ou une copilote ?
« Oui tout à fait. J’ai tout de suite quatre noms qui me sont venus, dont celui d’Aurore. Avec les 3 autres ça ne pouvait se faire, et j’ai contacté Aurore. »

Aurore, comment ça s’est passé ?
« J’ai reçu un message de Cyril qui me demandait s’il pouvait m’appeler ! Je lui réponds OK, et 5 minutes après on était en pleine conversation sur ce sujet. Il m’explique un peu ses choix de voiture, les rallyes qu’il espère faire, etc… Je lui demande le temps de la réflexion et surtout d’en parler à mon mari. Joël (son mari) était tout de suite d’accord et en moins de 48 heures Cyril avait trouvé sa navigatrice »

Et ensuite ?
« Tout s’est passé très vite, on est allé faire deux bouts de spéciales dans la région, pour reprendre les notes, ressentir les sensations et surtout retrouver ce feeling. Je me suis sentie à l’aise et l’aventure pouvait commencer ! »

Cyril, tu avais déjà une idée du choix de la voiture et de ton programme ?
« Oui, très vite je me suis dit : Cyril, les R5 et autres grosses autos, depuis le temps que tu n’as pas roulé, ne seront pas une approche logique. J’ai même pensé un moment au VHC. Et comme j’avais mis un terme à ma carrière en roulant des S1600, le choix de la continuité était tout trouvé !
J’ai contacté Luigi de Balbosca, préparateur Italien de renom, et il dispose d’une Renault Clio S1600 à la location. On regarde les dates des deux rallyes, le Chablais et la Valais, la voiture est disponible, on se met d’accord sur les conditions et ………… c’est parti ! »

Alors si j’ai bien compris, le Chablais et le RIV 2021 au volant d’une Renault Clio S1600 ?
« Oui. Ensuite on est en plein préparatifs pour aborder ces deux rallyes. On est actuellement au choix des combinaisons, des casques, des Hans. On va passer prochainement aux visites médicales pour les licences, en deux mots, on a mis le pied dans l’étrier et on va de l’avant ! »

Aurore, en 2001, quand tu as décidé de mettre un terme à ta carrière de navigatrice, il me semble me souvenir que tu avais arrêté parce que tu n’avais plus confiance en toi et un peu peur, non ?
« Oui, c’est tout à fait juste. On participait au mondial S1600 avec la Citroën Saxo et on était en Grèce. Une première pour nous deux, de rouler sur la terre et principalement là-bas, sur une surface extrêmement cassante. On s’est retrouvé plus d’une fois dans des positions que l’on ne connaissait pas, même si l’on a fait une grosse sortie au Lyon-Charbo à l’époque de la 306 Maxi, c’est une surface que l’on découvrait et franchement, ce n’était pas la meilleure façon d’aborder la terre. D’ailleurs, la voiture n’était pas top au niveau réglages, Cyril peut te le confirmer. »

Cyril un complément d’informations ?
« Effectivement, une surface que je découvrais, tout comme Aurore, même si parfois on a roulé sur des épreuves du championnat de Suisse ou Français avec des portions terre, cela n’avait rien de comparable ! On s’est retrouvé plus d’une fois avec le pare-chocs avant qui frottait la caillasse, avec l’arrière à un mètre cinquante du sol ! On à fini par casser les suspensions et abandonner. L’aventure Mondiale s’est arrêtée là.
Aurore ne se sentait plus en confiance et m’a fait part de l’envie de ne plus naviguer, choix que j’ai compris et accepté. »

Alors Cyril, deux rallyes et certainement des envies de résultats ?
« On ne va pas se mentir, je suis compétiteur !!! Le but principal est de prendre un maximum de plaisir. On a prévu une séance d’essais de base en Italie début mai, voire plus si besoin. On espère, comme beaucoup d’équipages, que la situation sanitaire s’améliore, et que l’on puisse participer au Chablais dans les meilleures conditions. On espère être dans le coup assez rapidement, même si après 20 ans d’arrêt il va falloir du temps pour reprendre nos marques ! »

Un préparateur connu, une équipe autour de vous deux ?
« Oui, Luigi de Balbosca, on lui fait entièrement confiance, depuis le temps qu’il sillonne le championnat Suisse des rallyes et l’expérience des multiples titres acquis, il a une équipe aux petits soins sur ses voitures.
On aura deux amis comme ouvreurs, Christophe Piguet (qui pilotait une Peugeot 106 grN) et Perry Fleury (qui copilotait Cédric Bourgeois) qui se sont manifestés tout de suite. On se réjouis de revoir tout ce petit monde. »

Penses tu participer au Trophée Michelin ?
« Non, d’ailleurs je ne sais pas quelle monte pneumatique je vais prendre. Là aussi, cette énorme évolution dans les pneumatiques sera en quelque sorte une inconnue qu’il faudra comprendre et maîtriser. On a décidé avec Aurore de participer, premièrement pour se faire plaisir, de reprendre nos marques, notre osmose qui faisait notre force à l’époque. D’ailleurs un grand Merci à Joël son mari pour la confiance et les broches à venir (rires) »

Concernant le nerf de la guerre, la recherche de partenaires, on peut en savoir un peu plus ?
« Il est clair que l’on va mettre un peu d’argent de notre poche, mais quelques partenaires, anciens et nouveaux, ont déjà donné leur aval. Je remercie par ailleurs la famille Filisetti, Geneviève, Bruno et Marc, qui ont toujours été là depuis le début et qui se réjouissent d’être des nôtres encore une fois ! On aura l’occasion de faire une présentation sur notre page Facebook prochainement. Je remercie Clavien Borlat pour le suivi et la mise à jour de cette page Facebook. »

Swissrally.ch vous remercie de l’accueil, et de votre spontanéité dans les réponses, et surtout votre bonne humeur. On sent une folle envie de vous faire plaisir, et on a hâte de vous revoir !

Swissrally.ch le 21 mars 2021