Patrick Spart : « C’est plus motivant de batailler avec les copains ! »

Le tracé des Casernes interrompt le retour à la compétition de Patrick Spart (Photo www.project-diffusion.ch)

Patrick Spart : « C’est plus motivant de batailler avec les copains ! »

Après une pause bien trop longue à son goût, Patrick Spart renoue avec la compétition lors du dernier Rallye International du Valais. Le pilote de la Chaux-de-Fonds, navigué par Carol Schreyer, également actif au sein du comité d’organisation du Critérium Jurassien, étrenne pour l’occasion une Peugeot 208 R2 louée chez Chazel Technologie Course et intègre le Trophée Michelin Suisse. Comment est-ce que Patrick Spart a vécu ce retour à la compétition ? Il se confie à www.swissrally.ch

Patrick Spart vous avez découvert le Trophée Michelin Suisse lors du Rallye International du Valais. Satisfait de vous y être engagé même pour une seule manche ?
Oui satisfait car en 25 ans de rallye comme pilote je n’avais jamais participé à un trophée !

Sur le plan sportif quel est le niveau d’intensité de la compétition, est-ce plus engagé que si vous étiez simplement inscrit en tant que concurrent du rallye ?
C’est forcément plus intéressant car le classement du Trophée Michelin motive plus à batailler avec les copains !

Quelle est l’ambiance entre les concurrents, il y a des dotations et des places à gagner, en général plus il y a d’enjeux plus il est difficile de garder une bonne ambiance entre des concurrents ?
Pour une première participation j’ai trouvé une ambiance plutôt amicale. Le fait de regrouper des équipages concourant dans des catégories et classes différentes est plutôt profitable pour l’ambiance.

Qu’est-ce qui vous a vraiment plu dans le Trophée Michelin Suisse ?
Le fait de faire partie d’une équipe de concurrents partageant le même esprit de compétition, qu’ils soient jeunes ou moins …comme moi 😉

Vous avez pu assister pour la première fois aux conférences formations d’avant rallye données par Laurent Reuche, membre de l’équipe en charge de l’organisation du Trophée Michelin Suisse. Est-ce un apport intéressant et pourquoi ?
Laurent est un ami de longue date que j’ai eu la chance de copiloter sur la terre en Volant Peugeot 206 en France et de suivre, ensuite, durant ses années en S2000 en Suisse ; c’est un gagneur qui ne lâche rien mais qui partage et communique avec passion son immense savoir-faire. Le côtoyer dans le cadre du trophée est assurément un grand « plus » !

Patrick Spart et Carol Schreyer (au centre en rouge) en compagnie des équipages du Trophée Michelin Suisse lors d’une séance d’informations d’avant rallye (Photo www.swissrally.ch)

Sur chaque manche cette saison il y a eu un technicien Michelin délégué de Clermont-Ferrand. Avez-vous fait appel à lui lors du Valais pour être conseillé ? Si oui, qu’est-ce qu’il vous a apporté ?
Le fait d’avoir des techniciens « sous la main » est profitable. Dans le stress du début de rallye je n’ai pas accordé le temps qu’il aurait fallu pour partager avec eux ; mes pressions dans la longue spéciale des Cols étaient manifestement trop élevées…

Satisfait de votre prestation malgré votre abandon ?
Oui très satisfait car c’était, pour ma compagne et navigatrice Carol, un grand baptême ; un tout premier rallye durant lequel elle a « assuré grave » ! Pour moi c’était la découverte de la 208 R2 et la redécouverte de l’asphalte après plusieurs rallyes sur la terre en France.

Vous faites partie du comité d’organisation du Critérium Jurassien. En tant que membre d’organisation d’une manche du championnat, qu’est-ce qui est intéressant à retirer de cette expérience en tant que participant pour apporter à l’organisation du Critérium Jurassien ?
Le fait de porter deux casquettes durant la saison, celle de membre d’organisation et celle de concurrent permet je crois d’être conscient des besoins et obligations de chacun. Intégrer un trophée ajoute encore un avantage car le partage avec ses concurrents et ses organisateurs est plus étroit.

Le plaisir a été intense pour Patrick Spart au volant de la 208 R2 (Photo www.project-diffusion.ch)

Quelle est la question que l’on ne vous a pas posé et que vous auriez apprécié que l’on vous pose ?
Question complexe que cette dernière mais peut-être celle « Pourquoi tu roules encore après tant d’années et pourquoi tu y prends toujours autant de plaisir ? 😉